La rotation de poste : Les avantages et les inconvénients
Blog

La rotation de poste : Les avantages et les inconvénients

Tout d’abord, qu’est-ce que la rotation de poste?

La rotation est une pratique d’organisation du travail qui a pour but de prévenir l’apparition des TMS. Plus précisément, elle se veut une façon de diminuer l’exposition aux facteurs de risque relié à un poste de travail. On pense notamment à des contraintes physiques telles que l’hypersollicitation des structures anatomiques (muscles, tendons, ligaments, etc.), l’utilisation d’un outil vibrant, les efforts excessifs, les postures contraignantes, la répétition des mouvements, mais également à des contraintes psychologiques telles que la monotonie d’une tâche. Dans la section suivante, les avantages de cette pratique seront décrits avec des exemples.

Les avantages de la rotation de poste
1.1 Varier les positions de travail

Dans une entreprise où la production nécessite plusieurs étapes différentes, il peut s’avérer qu’un poste soit très exigeant pour une région corporelle comme les membres supérieurs et qu’un autre soit peu exigeant à cette région. Imaginez que le premier travailleur doit faire plusieurs manipulations en hauteur nécessitant des mouvements soutenus et répétés au-dessus des épaules et que le deuxième doit faire ces mêmes manipulations, mais au sol en position accroupie ou sur les genoux. Dans les deux situations, les tâches peuvent être contraignantes, mais elles le sont d’une façon différente. En alternant ces deux tâches entre les travailleurs, on minimise le temps d’exposition et l’hypersollicitation d’une région du corps diminuant ainsi le risque de développer un TMS.

1.2 Varier les efforts et l’utilisation des outils

Dans la même optique, on observe souvent des postes de travail qui nécessite des efforts plus importants qu’un autre. En effet, un poste pourrait nécessiter de lever des charges lourdes à répétitions et que le deuxième soit plus dans la finition du produit, et donc qui nécessite peu de manutention de charge lourde, mais plusieurs manutentions fines. Il peut devenir intéressant à ce moment de faire une rotation entre les deux postes pour que la personne qui manutentionne des charges lourdes puisse avoir une récupération active suffisante afin d’éviter l’apparition d’un TMS. Le même exercice peut être fait entre des travailleurs qui utilisent des outils vibrants sur une longue période et que d’autres qui n’en utilisent pas.

1.3 Briser la monotonie d’une tâche

De plus, il est important de considérer les avantages de la rotation de poste sur le côté psychologique, notamment pour les tâches dites monotones où la même action doit être répétée à plusieurs reprises sur une longue période. Par exemple, sur une chaine de production, bien que plusieurs tâches nécessitent une concentration et exécution rapide, le fait de faire une rotation du personnel entre ces tâches similaires, mais différentes, va permettre au travailleur de briser la monotonie de la tâche, de repousser l’apparition de fatigue et de garder une motivation au travail[1].

Les inconvénients
Bien que la rotation de poste semble une bonne pratique pour diminuer l’incidence des TMS dans une entreprise, plusieurs facteurs doivent être pris en considération.

2.1 Est-ce qu’on ne fait pas juste retarder le problème ?

On peut se questionner à savoir si exposer plus de travailleurs sans faire de modification sur la nature du problème, que ce soit au niveau du poste de travail, d’un outil, d’un équipement, d’une charge ou autres, causera une augmentation du nombre de travailleurs ayant des inconforts ou des douleurs. En fait, il faut se questionner à savoir si le temps d’exposition est optimal et conjointement, rechercher des solutions pour diminuer la pénibilité de chaque poste de travail.

2.2 Est-ce que la rotation de poste est difficile à gérer?

Sans document ou sans organisation préétablie sur la façon de gérer la rotation, cela peut devenir difficile pour l’entreprise et prendre beaucoup de temps. Ainsi, il est nécessaire de formaliser la gestion et de se questionner sur le nombre de postes, le nombre de travailleurs et le temps passé à chaque poste à intégrer dans la rotation avant de l’implanter. Il faut également prendre en compte la formation, la compétence, l’intérêt, les limitations physiques, la polyvalence de chacun des travailleurs avant d’implanter la rotation de poste. La gestion sera plus facile par la suite. L’enjeu salarial ou la différence salariale entre les postes doivent également être pris en considération.

2.3 La rotation peut-elle amener du mécontentement chez certains travailleurs ?

Il est important de se questionner à savoir comment les travailleurs perçoivent la rotation de poste avant de l’implanter. En effet, la crainte d’erreur au niveau poste, être exposé à de nouvelles contraintes, faire face à des nouveaux outils/équipements, etc., peuvent faire en sorte que les travailleurs ne se sentent pas à l’aise de faire une rotation de poste. De plus, avec l’expérience, les travailleurs développent des stratégies efficientes afin de minimiser les contraintes musculosquelettiques et de répondre aux exigences de production. Par exemple, avec les années, un travailleur peut avoir développé des techniques de manutention efficiente et une gestion de son environnement optimal pour réduire l’exigence de la tâche. En changeant de poste, le travailleur sera-t-il assez longtemps à ce poste pour développer ces stratégies efficientes? Ainsi, l’implantation de la rotation doit souvent être accompagnée d’une formation pour donner des outils aux travailleurs.

L’apport d’un ergonome
L’apport d’un ergonome dans l’implantation de la rotation de poste est une bonne façon pour l’entreprise de s’outiller et de prendre en considération l’ensemble des déterminants d’un poste de travail. Ainsi, on s’assure que la rotation de poste n’engendra pas de problème en parallèle et qu’elle amènera les effets escomptés soit la réduction des risques de blessures et/ou d’inconforts.

Par son analyse de l’activité de travail et l’utilisation des normes en ergonomie, l’ergonome pourra dresser une rotation de poste qui prendra en considération l’exigence physique des postes de travail et l’ordre dans lequel elle devrait être effectuée. De plus, en analysant l’exigence des postes de travail, il pourra amener des recommandations pour diminuer la contrainte de ces derniers. Sa connaissance de l’activité permettra également d’établir les points importants à transmettre aux travailleurs dans une formation pour les outiller dans leur recherche des stratégies et d’éviter l’apparition d’inconfort ou de douleur.

Par sa démarche participative, il sera en mesure de travailleur conjointement avec l’entreprise pour établir la rotation de poste en fonction du nombre de travailleurs, le nombre de postes à intégrer, le temps passé à chaque poste et la fréquence de l’alternance.

CONCLUSION

En guise de conclusion, la rotation de poste est une stratégie organisationnelle efficace dans la prévention des TMS dans les entreprises. Cependant, plusieurs éléments doivent être pris en considération afin d’obtenir des bons résultats. L’apport d’un ergonome dans l’implantation de ce type de pratique est nécessaire pour aider l’entreprise à prioriser les postes à risque et d’établir un ordre de rotation qui permet de varier l’exigence physique. Pour des résultats optimaux, la rotation devrait être accompagnée d’une formation et d’une modification des postes de travail. L’ergonome sera en mesure de vous guider dans ces projets.