L’amélioration continue en ergonomie: le rôle des superviseurs
Blog

L’amélioration continue en ergonomie: le rôle des superviseurs

Dans une optique d’amélioration continue et de prévention proactive, il est nécessaire pour les entreprises de développer une démarche de prévention en ergonomie soit d’identifier les risques à l’intérieur de l’entreprise, d’évaluer le niveau de risques et d’établir les actions nécessaires pour éliminer ou contrôler ces risques. Pour ce faire, l’ergonomie permet aux divers acteurs de l’entreprise de mieux comprendre le travail réel, et donc des situations de travail, pour ensuite cibler des actions qui pourront améliorer ces conditions de travail. Pour arriver à s’établir des actions et des objectifs de prévention, il devient important d’identifier les rôles de chacun des acteurs de l’entreprise en cette matière. Ce blogue portera sur le rôle des superviseurs dans un processus de prévention et d’amélioration continue. Les superviseurs ont un rôle important au niveau de la prévention puisqu’ils sont l’intermédiaire entre les employés et la direction

Tout d’abord, l’ergonomie est une responsabilité qui se partage à tous les niveaux, des dirigeants jusqu’aux employés. Effectivement, tout le monde a un rôle à jouer dans la prévention des risques. Selon le centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail (CCHST), « pour être capables de s’acquitter de leurs responsabilités individuelles, les gens doivent :

Savoir quelles sont ces responsabilités (communication nécessaire) ;
Avoir l’autorité nécessaire pour s’acquitter de leurs responsabilités (question d’organisation) ;
Posséder les capacités et les connaissances nécessaires (formation ou accréditation nécessaires). »

Concernant le superviseur, son rôle en prévention est très important puisqu’il est l’intermédiaire entre les employés et la direction. Ainsi, il est en mesure de comprendre les contraintes du travail et de participer activement à l’élimination de ces dernières. À l’inverse, il est en mesure de divulguer les informations promues par la direction aux employés. Il est donc l’engrenage de l’entreprise en termes de prévention pouvant jouer un rôle important dans le développement et le maintien d’une culture en prévention. L’objectif est d’adopter une attitude proactive et d’améliorer continuellement la prévention dans l’entreprise, plutôt que d’être réactif.

Quels sont les rôles du superviseur ?

Puisque le superviseur est au cœur de la prévention dans une entreprise, il est nécessaire de bien définir ces responsabilités et la façon dont il peut les réaliser. Voici quelques exemples :

Participation active au niveau de l’identification, de l’évaluation et du contrôle des facteurs de risque, des signes et des symptômes
Afin de participer à l’identification, l’évaluation et le contrôle des facteurs de risques, il est nécessaire que le superviseur questionne les employés sur les irritants dans leur travail, des difficultés qu’ils rencontrent, des douleurs et des inconforts que les employés ont, etc. Autrement dit, il doit être sur le terrain afin d’observer le travail réel et de consulter les travailleurs sur l’exécution de leurs tâches. Par une compréhension approfondie des situations de travail réelles, des exigences et des problématiques, il sera en mesure de transmettre ses informations à la direction et de démarrer une recherche de solution avec l’ensemble des acteurs concernés.

De plus, cette compréhension des réalités du travail permettra au superviseur d’adapter son intervention afin d’impliquer et d’accompagner les employés dans une recherche de solution. L’objectif étant de s’améliorer continuellement tant au niveau de la communication que des processus. Par exemple, le superviseur pourrait mettre en place des courtes rencontres en début de quart de travail pour discuter des problématiques actuelles avec les employés et de discuter autour des solutions potentielles. Par la suite, le superviseur peut accompagner les employés dans l’amélioration de leurs situations de travail.

S’assurer que les employés ont les outils/équipements nécessaires et un bon aménagement de poste
Bien que les employés doivent utiliser les outils/équipements pour réaliser leur tâche, le superviseur doit s’assurer que ces outils/équipements soient disponibles et en bons états. Effectivement, on observe souvent que lorsqu’un outil/équipement est défectueux, les travailleurs vont le mettre de côté et développer des stratégies pour réaliser leur tâche autrement. De plus, l’aménagement du poste de travail d’un ou plusieurs employés présente parfois plusieurs problématiques qui amènent le ou les employés à développer des stratégies pour minimiser l’effet de ces problèmes sur leur santé et la production. Néanmoins, ces stratégies peuvent occasionner des problématiques importantes tant au niveau de la santé que de la production. Ainsi, puisque le superviseur est sur le terrain, lorsqu’il voit qu’un outil/équipement n’est pas utilisé ou qu’un aménagement de poste est problématique, il est nécessaire qu’il questionne les employés et de trouver des solutions avec eux par la suite. La formation d’un groupe ergo est une façon efficace de résoudre ces problèmes. Par ailleurs, il est nécessaire que le superviseur informe les employés sur la façon d’utiliser ces outils/équipements et sur les méthodes de travail qui permettent de diminuer l’exigence de la tâche à accomplir. Bien souvent, on observe une transmission des savoir-faire limités dans les entreprises.

Informer les employés sur les risques et maintenir cette prise de conscience
Bien que l’objectif premier soit d’éliminer l’ensemble des contraintes du travail, il est plutôt rare de n’en observer aucune dans une entreprise. Néanmoins, en lien avec les points précédents, une fois que ces contraintes sont identifiées, il est nécessaire de divulguer ces informations aux employés et de l’effet potentiel de ces dernières. Ainsi, les employés en auront conscience et comprendront davantage les raisons d’utiliser les bons outils/équipements, les bonnes méthodes de travail, etc. Une façon efficace de transmettre ces informations aux employés est par la formation (voir point suivant). En effet, une formation permettrait aux employés et aux superviseurs de comprendre les facteurs de risques et aussi de comprendre les mécanismes de blessure afin de mieux se protéger par la suite. De plus, il est également nécessaire de maintenir cette prise de conscience. En effet, la prévention doit s’effectuer en continu dans l’entreprise plutôt qu’avec une séance d’informations seulement.

S’assurer que les processus de prévention soient appliqués
La présence terrain est également nécessaire pour assurer que les processus de prévention mis en place soient appliqués. Par exemple, dans le secteur industriel, la rotation de poste est souvent mise en place pour varier les contraintes reliées à des tâches, et donc, minimiser les risques musculo-squelettique (mouvements répétitifs, postures contraignantes, etc.) et psychosocial (monotonie des tâches, concentration reliée à une tâche, etc.). Néanmoins, puisque les équipes de travail varient constamment, il arrive que certains employés n’effectuent pas cette rotation de poste pour diverses raisons. Il est donc nécessaire que le superviseur assure cette rotation de poste puisque d’une part, certains employés n’interviendront pas si cette rotation n’est pas effectuée et d’autre part, parce que cette stratégie permet de diminuer de façon considérable les risques mentionnés précédemment. Par ailleurs, le superviseur peut expliquer le bienfait de cette pratique et des raisons de sa mise en place aux employés.

S’assurer que les employés ont reçu la formation nécessaire et qu’ils réalisent leur part de responsabilité
Pour que les employés travaillent de façon sécuritaire avec les outils, les équipements et qu’ils adoptent des bonnes méthodes de travail, il est nécessaire que ces derniers reçoivent la formation adéquate et qu’ils soient guidés et encadrés par la suite. Puisque le superviseur est l’intermédiaire entre les travailleurs et la direction, il doit s’assurer que tous les employés ont reçu l’information nécessaire pour travailler de façon efficiente. Une fois que les employés ont reçu l’information, son expérience terrain et sa présence sur les lieux du travail est importante pour intervenir et conseillé le ou les travailleurs lorsqu’il voit un risque. Afin que le superviseur ne soit pas vu comme une police dans l’entreprise, ce dernier devra user de ces habiletés de communication pour que l’employé perçoive un conseil plutôt qu’un reproche.

Autres rôles
Plusieurs autres rôles peuvent être assurés par le superviseur dans la prévention des risques ergonomiques. Il s’agit de définir ces rôles et de le guider dans cette démarche. L’important est que ces rôles soient intégrés dans le quotidien. Pour ce faire, la formation des superviseurs est un bon moyen de les guider et de leur donner les outils nécessaires pour qu’ils assurent un rôle important en termes de prévention.

Comment les superviseurs peuvent assurer leurs rôles en termes de prévention ?

Bien qu’il soit nécessaire que les superviseurs sachent leur rôle à jouer en termes de prévention, il est également nécessaire de développer des moyens pour qu’ils puissent les assurer. Voici quelques points pouvant faciliter leur application :

Création d’un groupe ergo qui réunit divers acteurs de l’entreprise (travailleurs, comité SST, superviseur, direction, ergonome, etc.) afin de discuter des problématiques rencontrées dans le travail.
Intégrer des notions d’ergonomies et de prévention dans les rencontres en début de quart de travail. S’il n’y a pas de rencontre en début de quart de travail, il est nécessaire de les mettre en place.
Questionner régulièrement les travailleurs sur les difficultés rencontrées et de leur effet sur ces derniers afin de trouver des solutions.
Assurer une présence terrain
Fixer des objectifs de prévention
Développer des outils de suivi

En guise de conclusion, ce blogue présente différents rôles que le superviseur peut assurer dans l’entreprise dans une démarche de prévention proactive et d’amélioration continue. L’important est de guider les superviseurs dans cette démarche, de leur donner les moyens nécessaires pour qu’ils puissent les assurer, mais surtout, de définir leurs rôles. Il est important que ces derniers ne perçoivent pas ces rôles comme un ajout dans leur tâche de travail. Au contraire, cela permet de diminuer la gestion de problème et d’améliorer l’ambiance de travail. Finalement, pour qu’une démarche de prévention soit efficace dans une entreprise, cette dernière doit s’insérer de façon quotidienne et prise en compte dans le processus décisionnel.